Marisol à l’attaque des places de marchés pour les médicaments

Je dois avouer que depuis plusieurs mois déjà, je ne suis même plus agacé lorsque s’affiche dans les résultats des moteurs de recherches mes anciens concurrents tels que LeComptoirSanté ou encore EasyParapharmacie qui ont été pendant longtemps mes challengers à l’époque de ma gestion de MonGuideSante.com.

Car celui qui m’agace véritablement en ce moment, c’est Cedric O’Neill a qui je dois reconnaitre un véritable talent. Je ne connais pas le personnage, sans doute sympathique d’après ce qui m’a été relayé, mais je dois reconnaitre qu’il est véritablement doué ou particulièrement bien conseillé. Après avoir réussi à s’imposer dans tous les médias ces 6 derniers mois tout en trompant son monde; après avoir levé près de 600 000€ pour gérer une place de marché de la pharmacie en ligne, 1001pharmacie propose depuis le début d’année à tous les pharmaciens adhérent de reverser 10% de leur chiffre d’affaire généré sur cette place de marché  (c’est plus cher qu’Amazon ceci dit en passant) qui entretient la confusion entre la parapharmacie et la vente en ligne de médicament.

J’ai encore en souvenir l’intervention de Cédric O’Neill sur le plateau du Grand Journal en février dernier. Je me suis amusé de la tête des intervenants du Grand Journal quand ils finissent par comprendre que 1001Pharmacie ne propose pas véritablement de médicaments en ligne, mais reste finalement une nouvelle enseigne de vente de produits de parapharmacie. Mais la confusion entre pharmacie et parapharmacie est tellement grande chez le consommateur, que la personne en charge du placement média de Cédric O’Neill a réussi à le mettre sur le plateau du grand journal au côté de Roselyne Bachelot qui elle a bien compris l’enjeux qui se cachait derrière l’outil de fédération de 1001Pharmacie.

Marisol veut en finir avec la cacophonie des pharmacies en ligne

Mais voila, Marisol Touraine ne l’entend pas de la même oreille que Cédric O’Neill. Un arrêté ministériel de ce 20 juin 2013, relatif au code des bonnes pratiques de dispensation des médicaments par voie électronique a donc fait son apparition sur l’impulsion de notre Ministre de la Santé. Cet arrêt devrait rentrer en vigueur le 12 juillet prochain.

On avait imaginé beaucoup de lobbying de la part des pharmaciens (toujours réticents à l’idée de voir leur profession revue en profondeur à cause de l’Internet) mais finalement cet arrêt est bien moins contraignant que ce qu’il présageait.  Il n’y a en effet pas d’obligation d’aligner les prix des officines avec leur site Internet, il n’y a pas non plus (et c’est heureux) d’interdiction de la livraison à domicile, et oblige à exploiter un site unique pour l’ensemble des produits.

Ce qui devrait compliquer la vie de 1001pharmacies, c’est notamment ce point : « La recherche de référencement dans des moteurs de recherche ou des comparateurs de prix contre rémunération est interdite » A la bonne heure ! Car dans le modèle économique actuel de 1001Pharmacie, les pharmaciens payent un abonnement et une commission pour figurer sur un site qui permettra au client de comparer leurs prix.

Le point clef concernant l’activité de vente de médicaments sur le site LaSante.net concerne :  « La préparation des commandes liées au commerce électronique de médicaments, ne peut se faire qu’au sein de l’officine, dans un espace adapté à cet effet. L’activité de commerce électronique est réalisée dans le respect des conditions générales d’installation de l’officine prévues par la réglementation, notamment par l’article R. 5125-9 du code de la santé publique [proximité immédiate]. ». En somme, pas question de déporter même partiellement la logistique de l’officine, ce qui implique de trouver très vite des solutions en terme d’organisation interne à la pharmacie pour gérer un stock toujours plus important et par définition toujours plus volumineux !

Mais Marisol ayant été finalement plutôt raisonnable dans son ensemble, on peut donc espérer que la loi ressemblera fortement à cet arrêté.

Publicités

Une réflexion sur “Marisol à l’attaque des places de marchés pour les médicaments

  1. Bonjour Cédric,

    Votre article étant quelque peu provocateur, je décide de vous répondre. Je ne sais pas si je dois y voir une pointe de jalousie de votre part, mais en tout cas, je serais ravi de vous rencontrer pour échanger sur le sujet de la pharmacie en ligne. En ce qui concerne la nouvelle législation en vigueur, ne doutez pas que ce n’est qu’une question de temps avant que 1001Pharmacies.com ne propose du médicament en ligne.

    Espérant continuer à vous « agacer » encore un moment : de bonne guerre entre concurrents.

    Cédric O’Neill – co-fondateur de 1001Pharmacies.com

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s